Loading the content... Loading depends on your connection speed!

Contacter nous au 06 83 71 34 46

Conseils

Liste des conseils:

-Indication avant un tatouage

-Prix d un tatouage

-Marche a suivre: Du tatouage aux soins

-Hygiène a respecter

-Cicatrisation d’un tatouage

-Cover up

Indication avant un tatouage

Soleil : Dans les jours qui précèdent votre rendez-vous chez le tatoueur, il est recommandé de faire attention à certaines choses qui pourraient nuire à l’intervention. Dans les journées, voire les semaines qui précèdent l’intervention, n’exposez pas la zone à tatouer au soleil. Si vous n’avez pas le choix, protégez votre peau avec un écran protecteur FPS 30, minimalement. Vous ne voulez surtout pas attraper un coup de soleil, lequel rendrait le tatouage encore plus douloureux.

Repos : Sachez que la douleur est plus intensément ressentie lorsqu’on est fatigué. Il est donc préférable de se reposer avant le grand jour, question d’être en pleine forme et mieux en mesure d’affronter les aiguilles! Évitez également de pratiquer une activité sportive trop intense, car l’effort physique entraîne une dilatation des vaisseaux sanguins, ce qui n’est pas recommandé lorsqu’on s’apprête à se faire tatouer.

Épilation : Dans les cas où la zone à tatouer est particulièrement velue, il faut idéalement la raser ou l’épiler avant de passer sous l’aiguille de l’artiste. Si vous choisissez d’avoir recours à une épilation à la cire, il vaut mieux procéder au moins une semaine avant votre rendez-vous. En effet, cette technique tend à laisser la peau rougie et sensible, ce qui ne fait pas bon ménage avec le tatouage… Notez également que, lorsqu’on tatoue une zone poilue, cela n’empêche nullement les poils de repousser. Mieux vaut y penser avant de passer à l’acte. Certains choisiront d’avoir recours à l’épilation définitive (laser ou électrolyse) avant de se faire tatouer. Cette option est tout à fait légitime. Toutefois, ces méthodes d’épilation sensibilisent la peau; il vaut mieux prendre le temps de terminer le traitement, puis attendre encore quelques semaines avant de prendre un rendez-vous chez un tatoueur.
Même un bronzage « sain » n’est pas recommandé.

Hydratation : Dans les jours qui précèdent votre rendez-vous, occupez-vous de votre épiderme plus que de coutume. Ne lésinez pas sur l’hydratation, car une peau sèche sera évidemment plus sensible. Utilisez une riche lotion pour le corps et buvez beaucoup d’eau pendant au moins une semaine avant le tatouage; il s’agit d’ailleurs là de bonnes habitudes à conserver pour la vie! La veille du rendez-vous, prenez le temps d’exfolier votre corps à l’aide d’un gant de crin ou d’un exfoliant doux, afin de le débarrasser des cellules mortes. N’oubliez pas d’appliquer votre lotion par la suite.

Drogue et alcool : Certaines personnes, effrayées à l’idée de la douleur occasionnée par un tatouage, choisissent de boire de l’alcool ou de consommer de la drogue avant le rendez-vous. Il s’agit là d’une très mauvaise idée. L’alcool aura peut-être un effet anxiolytique, mais il a également pour conséquence de dilater les vaisseaux sanguins. Quant aux drogues illicites vendues sur le marché noir, elles contiennent parfois des composants sur lesquels vous n’avez aucun contrôle et qui peuvent provoquer des réactions peu agréables, notamment des éruptions cutanées ou des convulsions! Quoi qu’il en soit, quand on se fait tatouer, il est vraiment mieux d’être en pleine possession de ses moyens; ce n’est décidément pas le moment de prendre une mauvaise décision dont les conséquences risqueraient de se faire sentir pendant de longues années.

Analgésique : Si vous craignez la douleur, rien ne vous empêche de prendre un comprimé analgésique une heure avant la séance. Tournez-vous vers l’ibuprophène ou l’acétaminophène, mais évitez à tout prix l’acide salicylique (aspirine), car il dilate les vaisseaux sanguins

 

bandurgs     bansoleil     banrepos     baneau     bandurnk

Prix d’un tatouage

 

L’une des questions les plus fréquemment posées par les personnes à la recherche d’un tatouage, concerne le prix de celui-ci. Depuis longtemps, les tatouages sont connus pour être chers. Une règle générale qui s’applique dans le monde du tatouage est que vous obtenez ce que vous payez. Le prix du tatouage peut varier selon les pays ou les régions.

Généralement les tatoueurs se font payer de deux façons soit à l’heure, soit à la pièce tatouée. Les artistes, qui perçoivent à l’heure, facturent généralement entre 100 et 150 euros de l’heure. Toutefois, les plus grands artistes peuvent exiger bien plus. La plupart des tatouages ont un coût minimum d’environ 80 euros, mais le prix peut monter jusqu’à des milliers d’euros pour les très grandes pièces qui nécessitent de nombreuses séances de tatouage. Cependant, la plupart des professionnels appliquent un tarif incompressible, ou tarif de base. Son montant correspond au coût minimum de la réalisation d’un tatouage : matériel jetable, encres, usure des machines et des équipements, temps nécessaire à la préparation de la séance. Il peut aussi vous être demandé de verser des arrhes pour la création d’un motif unique et personnalisé.

Plusieurs facteurs peuvent vous aider à estimer le coût d’un tatouage. Par exemple le placement, la taille, les détails, la complexité de la conception, le nombre d’encres de couleurs qui seront utilisées pour votre tatouage…

L’emplacement du tatouage influe sur le coût des tatouages car il est plus facile d’appliquer un tatouage sur les parties lisses du corps que sur des parties avec des formes (courbes, articulations…) Qui demanderont plus de temps, de patiente et de concentration à l’artiste.

Les tatouages personnalisés sont plus coûteux que les modèles copiés car ils exigent de la part de l’artiste de prendre du temps pour créer, dessiner et ajuster l’image, avant de l’appliquer sur la peau.

Les couleurs peuvent aussi influer sur le prix d’un tatouage, selon la quantité d’encre et le nombres de couleurs nécessaire. L’utilisation de plusieurs couleurs demande une nouvelle fois plus de temps à l’artiste lors de la réalisation du tatouage.

Un tatouage avec un design complexe sera plus coûteux, car plus de détails nécessitent plus de temps à la conception du dessin et à la réalisation du tatouage.

La taille de tatouage est un autre facteur de coût évident, car plus la pièce sera grande, plus il faudra de temps et d’encre pour réaliser le tatouage.

 

banmoney

Marche a suivre – Du tatouage aux soins


Comment se passe une séance de tatouage à l’atelier ?

Petites explications allant de votre idée première à la réalisation finale de votre projet sur la peau La première étape consiste dans le choix du motif, il ne faut jamais se lancer tête baissée dans un projet de futur tatouage car celui-ci restera une marque indélébile qui vous accompagnera durant toute votre vie ! Il est donc impératif de bien réfléchir et au motif et à l’endroit où il sera placé. Prenez vraiment le temps d’aller fouiner les motifs sur le web, dans des magazines de tatouages. Vous pouvez également regarder les modèles mis à votre disposition à l’atelier.

Lorsque le motif est choisi ou que votre idée de projet est vraiment précise, nous en discuterons ensemble afin d’arriver à votre sujet définitif lequel sera spécialement redessiné pour vous afin que votre encrage soit un modèle unique. Si votre projet de tatouage est un portrait, il est important d’apporter une photo bien nette et de très bonne qualité du sujet à tatouer. La première phase consiste donc en un premier contact avec échanges d’idées concernant votre tatouage. Lorsque l’idée est bien arrêtée et que vous êtes absolument d’accord et sûr de la finalité du projet ; prise de rendez-vous. Je suis là pour répondre à vos attentes, n’hésitez surtout pas à me poser toutes les questions, en relation avec votre tatouage, qui vous trottent dans la tête. Ne choisissez jamais votre tatouage en fonction du prix, il faut que vous l’aimiez. Ne faites pas un tatouage plus petit par manque de moyens financiers. Il est préférable de patienter et d’économiser, pour faire, quelques temps plus tard, celui qui vous plaît, que vous voulez vraiment et dont vous serez satisfait durant toute votre vie !

Le jour du rendez-vous est arrivé, vous voici à l’atelier, nous discutons, une nouvelle fois, de la finalité du projet, vérifions les dimensions exactes du tatouage pour qu’elles soient parfaitement adaptées.

D’abord, je désinfecte la partie de votre peau qui va être tatouée, la rase, s’il le faut, prépare le calque et le place à l’endroit voulu. Ensemble, nous regardons et jugeons, une dernière fois, à ce que le motif soit parfaitement placé, qu’il soit bien en harmonie et ajusté à votre morphologie et, dès que le résultat voulu est atteint, la séance de tatouage peut commencer. La séance se passe dans les règles simples et élémentaires de l’hygiène, je mets des gants en latex ou, pour les personnes présentant une allergie au latex, j’emploie des gants en nitrile, les gants en nitrile conviennent tout particulièrement aux personnes sujettes aux allergies par leur absence de poudrage et de protéines de latex.

Je prépare ensuite le matériel et les encres qui seront nécessaires à la réalisation de votre tatouage. J’assemble et règle les éléments de mon dermographe en choisissant le faisceau d’aiguilles adéquat, diamètre et nombre d’aiguilles, les aiguilles sont sous confection stérile et dans leur emballage d’origine, je fixe le manchon, qui, comme un stylo, permet la tenue du dermographe, l’appareil à tatouer électrique moderne, ajoute la buse, partie externe qui guide les aiguilles, buse et manchon sont nettoyés dans un appareil à ultrason, procédé de nettoyage par ondes à haute fréquence qui se propagent dans la solution (bain à ultrason) et entraînent la formation de microbulles qui, lorsqu’elles implosent, dégagent une force qui décroche l’encre incrustée. Buse et manchon sont également stérilisés, après chaque séance, dans un autoclave, récipient hermétique conçu pour la stérilisation, sous pression, par la vapeur d’eau, de classe B, la classe B répond aux exigences toujours plus pointues en matière de stérilisation médicale, elle est conforme aux normes européennes, et remplis finalement les capsules à pigment, ces dernières sont à usage unique, elles sont détruites une fois le travail terminé.

(Vous trouverez sur la page « Galeries » des photos de matériel de tatouage) La surface de travail est désinfectée après chaque passage de client et les encres professionnelles utilisées sont de qualité. Je pratique dès lors un petit trait sans encre afin de vous faire percevoir la sensation de douleur à laquelle vous devrez vous attendre, cela évite, dès le premier contact avec les aiguilles, un sursaut involontaire de votre part qui pourrait entraîner un trait, s’il était encré, imprécis sur votre peau. Lorsque le tatouage est terminé, je mets un pansement et explique quels sont les soins à effectuer. Je demande toujours à mes clients de revenir quelques semaines plus tard pour contrôler le travail, ajouter un peu d’encre ou retoucher certaines parties s’il y a lieu. (Vous trouverez sur la page « Galeries » les photos d’une séance de tatouage)

Qu’est-ce qu’un tatouage ? Comment l’encre est-elle injectée et à quel endroit est-elle déposée ? Le tatouage est un dessin indélébile fait à l’encre de chine ou autres pigments. L’encre est injectée par les aiguilles du dermographe. Celui-ci fait vibrer un groupe de fines aiguilles plusieurs centaines de fois par minute, ce qui crée une série de micro-perforations dans la peau. Les aiguilles remplies d’encre pénètrent l’épiderme et atteignent le derme dans un espace entre le derme et l’épiderme. La profondeur des piqûres varie en fonction des types de peaux et des endroits du corps à tatouer ; entre 2 et 4 mm pouvant même aller jusqu’à 1 cm à certains endroits du dos, la partie du corps où la peau est la plus épaisse. Les pigments ainsi introduits apparaissent par « transparence ». C’est un new-yorkais, Samuel O’Reilly, qui inventa la machine à tatouer électrique en 1891. Pourquoi les pigments apparaissent-ils par transparence ?

La peau est composée de trois couches différentes : l’épiderme, le derme et l’hypoderme. L’épiderme est la couche superficielle, elle est elle-même constituée de différentes couches qui se régénèrent continuellement. Du fait de son renouvèlement fréquent, l’épiderme ne peut contenir l’encre car le tatouage s’estomperait au fil du temps. Le derme est traversé de nerfs, de vaisseaux sanguins et lymphatiques et par un réseau de tissus fibreux qui donnent l’élasticité à la peau. Le derme apporte l’oxygène et les défenses immunitaires à l’épiderme. Les glandes sudoripares et sébacées se situent dans le derme ainsi que les follicules à l’origine de notre pilosité. L’encre est maintenue dans le derme. L’hypoderme composé de graisses, est constitué de plusieurs couches. C’est la couche graisseuse qui sert à la thermorégulation de notre corps. L’hypoderme, du fait de sa constitution graisseuse, ne peut maintenir l’encre, le tracé du tatouage en serait baveux. Et la douleur dans tout ceci vous dites-vous ? A quoi dois-je m’attendre ? Lors de la réalisation d’un tatouage, les premières minutes sont les plus douloureuses car il faut le temps de connaître, de s’habituer et d’accepter la douleur. Il y a ensuite une sécrétion naturelle produite par certaines cellules du système nerveux central qui ont des propriétés analgésiques, antidouleurs, elles sont équivalentes aux propriétés que procure la morphine. Cette substance chimique naturelle s’appelle endorphine ou endomorphine. Le tracé ou contour du motif est l’étape la plus sensible car on utilise moins d’aiguilles, la douleur est plus aiguë. La douleur, se créant au fur et à mesure sur la longueur du trait, n’est pas localisée, le corps n’a pas le temps de s’habituer. Le remplissage ou l’ombrage est l’étape la moins sensible car il y a plus d’aiguilles. La progression se faisant millimètre par millimètre, la douleur se propage doucement. Le corps a assimilé la douleur, l’endorphine est secrétée. L’effet de l’endorphine ne dure cependant pas plus de trois voire quatre heures, c’est pourquoi les tatouages de grandes importances sont encrés en plusieurs séances.

La douleur dépend beaucoup de l’endroit à tatouer, les endroits les plus sensibles étant les flancs, le ventre et l’arrière des cuisses. Mais elle résulte surtout de la sensibilité de tout un chacun ainsi que de l’anxiété, qui pourrait être mal vécue, le calme durant la séance sera votre meilleur allié. Hygiène, soins, contre-indications, précautions, quelques règles élémentaires ? Avant de se faire tatouer, il est important de venir bien reposé et d’avoir mangé, car la séance de tatouage va vous épuiser. Il faut également essayer, je sais c’est vite dit, de rester détendu, ne pas stresser ou s’agiter, comme nous en avons déjà parlé le calme, durant la séance, sera votre meilleur allié. Il ne faut surtout pas avoir consommé de l’alcool, avoir pris de l’aspirine ou une drogue quelle qu’elle soit, ces substances liquéfient le sang et génèrent des saignements abondants, résultat : une partie de l’encre est rejetée ! Finalité de ce résultat : une séance supplémentaire ! Personnellement, je refuse de tatouer une personne dans ces conditions. Les premières heures La séance de tatouage est maintenant terminée. Ouf, vous respirez, c’est fait ! Je désinfecte et nettoie la plaie avec une solution antiseptique puis la panse. Il est recommandé de garder ce pansement la première nuit pour éviter toute salissure, rejet d’encre et/ou petits saignements, sur vos vêtements ou vos draps. Le lendemain vous ôterez le pansement pour cela, prenez bien garde, au préalable, d’imbiber votre pansement avec de l’eau tiède avant de le retirer car il y a de fortes chances qu’il soit collé à votre peau, cela est dû aux petits saignements. Une fois le pansement enlevé, nettoyez votre tatouage, sans le frotter, à l’eau tiède et au savon PH neutre, ou avec une solution antiseptique, puis essuyez-le très délicatement avec une serviette propre et douce. Une fois bien propre et sec, appliquez de la crème cicatrisante sur votre tatouage. Sauf indication contraire (travaux salissants, expositions au soleil, endroit du corps tatoué qui pourrait subir des frottements), il est préférable de ne pas recouvrir le tatouage avec un nouveau pansement afin de le laisser respirer. Les premiers jours Privilégiez le port de vêtements amples et en coton, la laine, le nylon et autre tissu acrylique sont à bannir et, lorsque vous en avez l’occasion, laissez la peau tatouée à l’air libre durant la période de cicatrisation : Elle dure entre 8 à 15 jours, voire plus, suivant l’endroit encré, les articulations, en particulier, pouvant prendre jusqu’à un mois. Vous appliquerez de la crème cicatrisante 3 à 4 fois par jour au minimum, veillez toujours à ce que votre peau reste hydratée. Des petites croûtes vont apparaître, vous ressentirez alors des démangeaisons, elles font partie du processus de cicatrisation bien que ces picotements vont donnent envie de gratter votre tatouage, retenez-vous, il ne faut absolument pas le gratter ou le frotter : les peaux mortes tomberont d’elles-mêmes. Pour atténuer les démangeaisons, tamponnez délicatement la partie tatouée avec un linge humidifié à l’eau froide ou appliquez délicatement de la crème cicatrisante.

Avant chaque application de crème, vous devez vous laver les mains. Dans les jours qui suivent la réalisation du tatouage, il est normal que vous observiez une réaction inflammatoire ; rougeur et parfois même, selon les endroits tatoués comme le pied en particulier, un gonflement, ces symptômes ne doivent pas vous inquiéter, ils disparaîtront en moins d’une semaine. Vous éviterez de prendre des bains tant à la piscine, chlore, qu’à la maison, favorise la vasodilatation, ramollissement de la peau, ralentissement de la cicatrisation, ainsi que les hammams et saunas qui sont à proscrire pour ces mêmes dernières raisons jusqu’à cicatrisation complète de votre tatouage. Vous devrez patienter durant un mois au minimum avant de vous baigner dans la mer, sel et sable, vous prélasser au soleil ou vous exposer aux rayons UV en institut, risque d’altération, de modification des couleurs. Par la suite, vous pourrez « oublier » votre tatouage, mais… dernière petite recommandation, pensez à en prendre soin ; optez pour une hydratation régulière de votre peau tatouée et une protection solaire maximum, votre tatouage n’en vieillira que mieux. Les personnes qui ne doivent pas faire de tatouages, quelles sont les contre-indications ? Si vous souffrez de l’une des maladies indiquées ci-dessous, le tatouage est à proscrire : Diabète : difficulté à cicatriser et exposition aux risques infectieux Hémophilie : sang trop fluide, les couleurs n’imprègnent pas la peau Peaux « à problèmes » telles qu’eczéma, psoriasis, ou autre affection cutanée Acné : une peau trop acnéique doit être traitée avant d’envisager un tatouage Epilepsie : risque de crise Allergie aux encres, aux pigments Cicatrices chéloïdes, excroissance du derme au niveau d’une blessure : dégradation du tatouage Porteur de pacemaker : risque d’interférence avec les ondes magnétiques du dermographe Coup de soleil : Attendre la guérison complète, une peau ayant subi un coup de soleil ne doit pas être tatouée Grossesse : répercussions sur l’aspect du motif, distension de la peau et risque d’apparition de vergetures durant la grossesse qui altèreront le motif. De plus, une grossesse fragilise l’organisme pour une bonne cicatrisation. Une séance de tatouage est épuisante ; il vaut mieux garder son énergie pour le bébé. Grain de beauté : il n’est pas dangereux en soit de tatouer un grain de beauté. Cependant un grain de beauté peut se modifier et le tatouage perturbe la surveillance par le dermatologue, c’est pour cela que je laisse un petit blanc au niveau du dessin. Si vous souffrez d’allergies ou des maladies suivantes, il est impératif de le signaler : Sida : risque de transmission Hépatite B ou C : risque de transmission Allergie au latex : travail réalisé avec des gants en nitrile Tout traitement médicamenteux doit être indiqué Ce dont il faut encore tenir compte : Les tatouages sont interdits aux mineurs sans l’autorisation parentale et il est de toute manière préférable d’attendre la fin de la croissance. Le grandissement de la peau peut provoquer des déformations du tatouage. Je déconseille également aux jeunes femmes, qui n’ont pas eu d’enfant, de se faire tatouer le ventre ; la distension de la peau et le risque d’apparition de vergetures lors d’une éventuelle future grossesse pourraient déformer le motif tatoué. Les tatouages au niveau des mains peuvent compromettre votre carrière professionnelle, tandis que ceux, pratiqués sur le visage, relèvent d’un véritable suicide social.

Personnellement, je ne tatoue pas une jeune personne sur les mains, à moins que celle-ci en possède déjà, et refuse tout tatouage sur le visage. Don de sang : Vous devrez attendre six mois pour faire un don de sang après un tatouage.

 

Hygiène a respecter

Le tatouage doit être réalisé dans des conditions aseptiques. L’acte ne va pas jusqu’à imposer un environnement stérile comme en chirurgie :

Avant et pendant la séance

Analyse de la texture de l’épiderme
Lavage antiseptique et désinfection des mains
Utilisation de gants à usage unique, à retirer et changer dès que le tatoueur doit toucher un objet non protégé (téléphone, etc.)
Utilisation de matériel à usage unique : aiguilles, bouchons conteneurs d’encre, etc.
Nettoyage et asepsie de la partie du corps à tatouer
Nettoyage et stérilisation du matériel à chaque utilisation, avec un autoclave (buses, machines) : La stérilisation du matériel permet de limiter au maximum la prolifération et la reproduction des micro-organismes. Le stérilisateur doit être régulièrement contrôlé et entretenu, et les règles d’asepsie décrites ici respectées pour garantir des conditions d’hygiènes irréprochables
Nettoyage et désinfection du matériel et des outils non stérilisables
Nettoyage, désinfection et protection du plan de travail et de son environnement immédiat
Le tatoueur ne doit avoir aucun contact direct avec tout objet n’étant pas protégé ou à usage unique durant la séance
Protection des outils de travail comme la lampe, les capsules d’encre, le vaporisateur d’antiseptique, le plan de travail, le dermographe, etc. par un film plastique à usage unique
Utilisation d’un dévidoir pour l’essuie-tout pour éviter la contamination par projection
Après la séance
Une fois la séance de tatouage terminée, désinfection de la zone concernée avec une solution antiseptique
Application d’une pommade cicatrisante et d’une protection (pansement, film plastique) de l’épiderme pour la cicatrisation durant les premières heures
Explication au tatoué des consignes d’hygiène et de suivi à respecter pour le nettoyage de la peau tatouée, et le traitement de la cicatrisation par une pommade cicatrisante
Désinfection de l’espace de travail entre chaque client avec une solution détergente décontaminante
Dès la sortie du studio, le respect des règles d’hygiène liées au tattoo passe sous la responsabilité de l’individu tatoué qui doit veiller à garder la peau propre (eau tiède et savon doux ou soltion antiseptique non alcoolisée) en permanence et à laisser la zone tatouée le plus possible à l’air libre, peau grasse de pommade cicatrisante en permanence pendant la période de cicatrisation

 

banpen     banmain     banlavage

Cicatrisation d’un tatouage

Un tatouage met entre 10 et 15 jours pour cicatriser totalement ce temps varie selon la méthode de pique du tatoueur.

Les soins à apporter à son tatouage

Les soins à appliquer sur un tatouage sont simple, il suffit de mettre une crème comme par exemple : HOMEOPLASMINE – CICATRYL – CETAVLON… Sous la douche en utilisez un savon antiseptique et surtout ne frottez pas ensuite essuyez délicatement la peau -toujours sans frotter- car il ne faut surtout pas arracher les crouttes ou peaux mortes il faut les laisser tomber d’elles mêmes.Et appliquez votre crème.

Bon à savoir

Au point de vu vestimentaire il vaut mieux porter des vêtements amples et éviter les matières synthétiques et dès que c’est possible laisser le tattoo à l’air pour laisser la peau respirer.
Il peut arriver que la peau rejette de l’encre donc évitez de porter des vêtements que vous aimez (attention aux draps pendant la nuit) sinon ils seront bon pour la poubelle.
Vous pouvez appliquer votre pommade dès que vous sentez que votre peau tire ou brule car pendant une semaine c’est vraiment très desagréable, mettre de la pommade peut vous soulager de cette gène.
il ne faut pas prendre de bains pendant la cicatrisation au risque de décoller le croûtes, et qui dit croûtes arrachées = retouches. Les retouches sont bien sur comprises dans le prix donc si jamais une croûte est arrachée pas de panique le problème sera réglé pendant votre scéance de retouches.
Pendant le cicatrisation il peut arriver que votre peau vos démange au point que ça en devienne insuportable, il ne faut surtout pas vous gratter ! Essayez plutôt de poser un linge imbibé d’eau froide dessus.
Pendant la cicatrisation il se peut que votre tatouage vous paraisse terne etc c’est normal il faut attendre entre 3 semaines et 1 mois pour constater l’aspect final d’un tatouage.
Tatouage et soleil * Le soleil est l’ennemis du tatouage ne vous y exposez pas pendant au moins 1 mois ! Ensuite pendant un an modèrez vos expositions si vous voulez garder un tatouage bien net, donc couvrez-le bien ! Et pour finir appliquez-vous une protection solaire à indice très élevé (60) et cela à vie si vous voulez que votre tatouage garde ses belles couleurs, donc pour ceux qui ont pour but de s’exhiber sur les plages laissez tomber ! Le tatouage et le soleil ne font pas bon ménage…

 

homeoplasmine

Cover up

Le tatouage doit être réalisé dans des conditions aseptiques. L’acte ne va pas jusqu’à imposer un environnement stérile comme en chirurgie :

Avant et pendant la séance

Analyse de la texture de l’épiderme
Lavage antiseptique et désinfection des mains
Utilisation de gants à usage unique, à retirer et changer dès que le tatoueur doit toucher un objet non protégé (téléphone, etc.)
Utilisation de matériel à usage unique : aiguilles, bouchons conteneurs d’encre, etc.
Nettoyage et asepsie de la partie du corps à tatouer
Nettoyage et stérilisation du matériel à chaque utilisation, avec un autoclave (buses, machines) : La stérilisation du matériel permet de limiter au maximum la prolifération et la reproduction des micro-organismes. Le stérilisateur doit être régulièrement contrôlé et entretenu, et les règles d’asepsie décrites ici respectées pour garantir des conditions d’hygiènes irréprochables
Nettoyage et désinfection du matériel et des outils non stérilisables
Nettoyage, désinfection et protection du plan de travail et de son environnement immédiat
Le tatoueur ne doit avoir aucun contact direct avec tout objet n’étant pas protégé ou à usage unique durant la séance
Protection des outils de travail comme la lampe, les capsules d’encre, le vaporisateur d’antiseptique, le plan de travail, le dermographe, etc. par un film plastique à usage unique
Utilisation d’un dévidoir pour l’essuie-tout pour éviter la contamination par projection Après la séance
Une fois la séance de tatouage terminée, désinfection de la zone concernée avec une solution antiseptique
Application d’une pommade cicatrisante et d’une protection (pansement, film plastique) de l’épiderme pour la cicatrisation durant les premières heures
Explication au tatoué des consignes d’hygiène et de suivi à respecter pour le nettoyage de la peau tatouée, et le traitement de la cicatrisation par une pommade cicatrisante
Désinfection de l’espace de travail entre chaque client avec une solution détergente décontaminante Dès la sortie du studio, le respect des règles d’hygiène liées au tattoo passe sous la responsabilité de l’individu tatoué qui doit veiller à garder la peau propre (eau tiède et savon doux ou soltion antiseptique non alcoolisée) en permanence et à laisser la zone tatouée le plus possible à l’air libre, peau grasse de pommade cicatrisante en permanence pendant la période de cicatrisation

 

UP     UP
UP     UP
Mobile version: Enabled